Rectificatif d’Orano à Reporterre

Le sujet du nucléaire ne souffre pas d’approximation. C’est pourquoi Orano a envoyé une demande de rectificatif au « quotidien de l’écologie Reporterre » qui a publié mercredi 14 février un article titré « les piscines de la Hague vont déborder ».
Image Actu

« À la suite de votre publication du Mercredi 14 février intitulée Les piscines de la Hague vont déborder et qui donne des chiffres approximatifs, nous vous demandons de publier le rectificatif joint de manière à ce que votre lectorat ait une information équilibrée. Pour rappel, l’industrie nucléaire est la plus surveillée au monde et tous ces chiffres sont publics et contrôlés par les autorités compétentes.

 

Non, les piscines de la Hague ne sont pas saturées

La capacité d’entreposage autorisée à ce jour dans les piscines d’Orano la Hague est de 13 990 tonnes et non de 12 350. Au 31 décembre 2016, elles contiennent 9 778 tonnes et ne sont donc pas saturées comme vous le laissez entendre.

Le site réceptionne environ 1 150 tonnes de combustibles usés par an (et non 1 200) en provenance des réacteurs nucléaires français et traite de l’ordre de 1 100 à 1 200 tonnes de combustibles usés annuellement. Il y a donc un flux entrant équivalent au flux sortant ce qui assure la stabilité des capacités d’entreposage des piscines de la Hague.

 

L’équilibre du recyclage

Au 1er janvier 2018, nous comptons 1392 tonnes de Mox usés dans les piscines et non 12 000 tonnes comme vous l’indiquez. Le plutonium contenu dans les Mox usés est recyclable : nous avons traité 73 tonnes de combustibles Mox pour nos clients Allemands, Suisses et Français. Ces opérations se sont déroulées au cours de 7 campagnes réalisées entre 1992 et 2008 dans l’usine Orano la Hague.

Le procédé de recyclage nous permet d’être à l’équilibre entre ce que nous réceptionnons et ce que nous traitons, ce qui conduit à une réserve globalement stable de plutonium entreposé sur le site de la Hague (59 tonnes au 31 décembre 2016*).

 

Une filière stratégique

Le recyclage des combustibles usés réalisé par les usines Orano La Hague et Melox est une filière stratégique qui permet de :

 
- Gérer sur le long terme les déchets de haute activité à vie longue en divisant par cinq le volume de déchets ultimes et par dix leur toxicité;
- Économiser les ressources en uranium naturel jusqu’à 25% en fonction des conditions de marché;
- Produire 10% de la production d’électricité nucléaire en France à partir des combustibles recyclés;
- D’utiliser le plutonium pour produire à nouveau de l’électricité à usage civil, le recyclage contribue à la non-prolifération.

Orano La Hague permet de recycler 96% de la matière d’un combustible usé et de conditionner de façon sûre les 4 % de déchets ultimes. Ces déchets sont conditionnés dans des matrices en verre, elles-mêmes contenues dans des conteneurs en acier, en vue de leur stockage définitif à Bure, sous une forme sûre et pérenne. »

*Les chiffres 2017 seront publiés au printemps 2018

 

Légende et copyright photo : Piscine d'entreposage des combustibles usés – La Hague / Eric Larrayadieu pour Orano

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies