Orano menu

Cadarache : premier démantèlement d'une usine de MOX

L’usine de MOX de Cadarache est l’une des plus grandes réalisations de démantèlement au monde. Au pic de l’activité, ce chantier d’une ampleur inédite a mobilisé simultanément jusqu’à 300 salariés d’Orano Démantèlement et Services et ses partenaires. Conclu avec succès, il servira de référence pour les projets de même envergure.
Cadarache boîte à gants Boite à gants de la cellule 7 du bâtiment ATPU (Atelier Technologie Plutonium) de Cadarache. © Eric Larrayadieu / Orano
#{name}

Carte d’identité du projet

Mise en service en 1962, l’usine de fabrication de combustible nucléaire du Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives (CEA) installée à Cadarache était la première du genre en France. Durant ses 41 ans d’exploitation, elle a d’abord produit du combustible pour la filière neutrons rapides, puis du combustible MOX pour les réacteurs à eau légère.

En 2009, les opérations de démantèlement et d’assainissement de l’usine ont démarré sur deux installations nucléaires : les Ateliers de technologie du plutonium (ATPu) et le Laboratoire de purification chimique (LPC). Au pic du chantier, jusqu’à 300 salariés de Démantèlement et Services et de ses partenaires ont travaillé simultanément. Après huit ans de chantier, ce premier démantèlement d’une usine de MOX s’est conclu début 2017 par un succès de référence.

#{name}

Une méthodologie sur mesure

La déconstruction de l’usine de fabrication de MOX du site du CEA à Cadarache a nécessité le développement de solutions spécifiques et innovantes. De nouvelles méthodes de travail et technologies ont été expérimentées dans le cadre de ce chantier. Afin d’optimiser au maximum la durée du projet, Orano a traité chaque chantier comme une unité de production à part entière. Chaque étape du projet était cadencée, rationalisée. Ces méthodes innovantes d’industrialisation des chantiers pourront être réemployées dans le futur dans le cadre de projets de démantèlement du même type.

Les différentes étapes d’un chantier de 8 ans

Cinq grandes étapes ont rythmé le démantèlement de l’usine :

  1. La conduite d’études et l’estimation des besoins du chantier.
  2. La réduction du volume de chaque équipement par leur découpage, y compris dans les zones les plus radioactives.
  3. L’assainissement et le retrait du maximum de radioactivité dans l’ensemble des anciens ateliers de production.
  4. Le conditionnement des déchets en vue de leur expédition vers un centre de stockage agréé.
  5. La remise des bâtiments au CEA.
En chiffres :
Au total, les salariés d’Orano ont découpé et conditionné :
-  462 boîtes à gants,
- 30 cuves,
- 4 km de tuyauterie radioactive.
L’équivalent de 30 000 fûts de stockage ont été remplis.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies