Orano menu

Parcours d’une visionnaire

Pour Amal Saidi, la médecine nucléaire est plus qu’un job, c’est un engagement. Chargée de recherche préclinique en radio-immunothérapie chez Orano Med, Amal Saidi est une docteure en génétique passionnée qui œuvre au quotidien pour combattre le cancer. De Bessines à Dallas, cette globe-trotteuse invétérée met son enthousiasme au service de la recherche en oncologie.
Laboratoire Maurice Tubiana d’Orano Med dédié à la fabrication du plomb 212, situé à Bessines sur Gartempe, France Laboratoire Maurice Tubiana d’Orano Med dédié à la fabrication du plomb 212, situé à Bessines sur Gartempe, France © Eric Larrayadieu
J’ai un regard totalement positif sur le nucléaire puisqu’il sauve des vies !

La médecine nucléaire ? Une voie toute tracée

Depuis toujours ou presque, Amal sait qu’elle veut se consacrer à la recherche contre le cancer. Dans sa famille, dans son entourage proche, trop de personnes ont été touchées par cette maladie pour rester les bras croisés. Après une thèse soutenue en Allemagne puis un post-doctorat en Angleterre, la jeune scientifique postule en 2013 dans l’industrie pharmaceutique chez Roche pour travailler sur projet confidentiel en oncologie. Une fois recrutée, elle apprend que son travail s’appuiera sur la médecine nucléaire. Un défi qu’elle accueille avec enthousiasme ! Les premiers résultats sont très encourageants. La puissance de destruction des cellules tumorales est telle qu’Amal Saidi est immédiatement convaincue de poursuivre dans cette voie.

De Roche à Orano Med, il n’y a qu’un pas...

Pendant trois ans, Amal travaille chez Roche à Razès en Haute-Vienne sur le site de l’ARCoLab, un laboratoire dédié aux activités de médecine nucléaire partagé avec son partenaire Orano Med. Elle y débute en tant que coordinatrice de recherche puis comme team leader.
Dès le premier jour, elle oeuvre au quotidien avec les collaborateurs d’Orano. "C’était une vraie expérience de partage : on était tous sur le même bateau", raconte-t-elle. En 2016, alors qu’Amal envisage de quitter le Limousin, Orano Med lui propose un poste de chargée de recherche. Elle bénéficie d’un contrat à 100 % en télétravail, ce qui lui permet de passer plus de temps avec sa famille à Thonon-les-Bains. La chercheuse prend en charge les activités d’expérimentations animales précliniques dans la nouvelle animalerie d’Orano Med inaugurée au Texas. Son intégration dans l’entreprise se fait naturellement, puisqu’elle connaît déjà les équipes, notamment celle de Bessines-sur-Gartempes où est situé le centre de production et de R&D, à quelques kilomètres à peine de l’ARCoLab. Amal y découvre alors un monde, celui de la radiochimie.
Les processus de production de plomb 212 purifié pour une application médicale, est un monde beaucoup plus fascinant que ce que j’imaginais.

… Et des voyages à l’international…

Le cœur de la mission d’Amal consiste à démontrer l’efficacité de l’alphathérapie ciblée qui détruit les cellules cancéreuses en limitant l’impact sur les cellules saines environnantes. Et pour cela, elle voyage…beaucoup. Chaque mois, la chercheuse part une dizaine de jours au Texas sur le site de Plano en proche banlieue de Dallas, où elle encadre entre 3 et 6 techniciens. Elle se rend également au siège parisien chaque trimestre et travaille régulièrement aux côtés de ses partenaires en France ou encore en Norvège. Travailler en équipe, même à l’international, est fondamental. C’est d’ailleurs sur ce terrain collaboratif qu’Amal a sans doute le plus progressé. Et devinez ce qu’elle fait quand elle a quelques jours de libre ? Elle s’envole direction le Mexique ou encore la République Tchèque pour découvrir toujours plus le monde.
36
ans
12
projets de recherche menés chez Orano
5
années d’expérience en médecine nucléaire
5
pays parcourus
4
langues parlées

… pour obtenir des premiers résultats prometteurs

Parmi ses différents projets précliniques, l’un d’entre eux lui tient particulièrement à cœur et occupe une grand part de son temps. Il concerne le traitement des tumeurs neuroendocriniennes pancréatiques. Lancé en mai 2016, ce projet s’est accéléré et est passé en phase clinique avec beaucoup d’avance. Quand il faut traditionnellement plusieurs années, celui-ci a permis à quelques malades d’être traités dès février 2018 après des études de toxicité de neuf mois. Un timing inédit pour un potentiel scientifique sans précédent. S’il est encore tôt pour faire un bilan scientifique complet, Amal Saidi est ravie de ces premiers résultats déjà extrêmement prometteurs.
  • Projet AlphaMedix TM, entré en phase 1 en 2018
  • En collaboration avec l’entreprise américaine RadioMedix, Inc.
  • Thérapie ciblée de type RIT (radio-immunothérapie) et PRRT (thérapie radionucléide par récepteur de peptide)

Et demain ?

Si Amal a toujours été une grande passionnée de recherche scientifique, la médecine nucléaire appliquée à l’oncologie est devenue un sacerdoce. "J’adore ce que je fais. Mon travail est hyper stimulant car la routine n’existe pas. Et notre cause est vraiment trop importante", explique-t-elle. 
Quand j’ai commencé dans la médecine nucléaire en 2013, rares étaient ceux qui y croyaient !
Sa prochaine étape, elle la rêve toujours chez Orano et souhaite évoluer vers un poste de chef de projet. Ce qu’elle voudrait, c’est gérer les chantiers scientifiques de A à Z, depuis l’étape préclinique jusqu’au suivi des patients.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies