Tricastin

La plateforme industrielle Orano Tricastin, située sur les départements de la Drôme et du Vaucluse, regroupe l’ensemble des activités de chimie (conversion, défluoration et dénitration), et d’enrichissement de l’uranium. Ces activités précèdent l’étape finale de la fabrication des assemblages de combustibles destinés aux réacteurs des centrales nucléaires du monde entier.

Le plus haut standard de sûreté et de sécurité 

Un engagement fort en faveur de la sûreté

Grâce aux investissements très importants consacrés au renouvellement de ses installations, Orano Tricastin a consolidé la sûreté de ses opérations. Répondant aux standards les plus exigeants, les nouvelles usines de conversion et d’enrichissement, ainsi que les nouveaux ateliers industriels, permettent à Orano de renforcer la sécurité d’approvisionnement de ses clients.
L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) réalise en moyenne 1 inspection sûreté par semaine.

Des moyens d’intervention dédiés de tout premier plan

Le site Orano Tricastin est doté d’équipements spécifiques et de moyens d’interventions humains dont plus de 500 personnes formées à la sûreté et à la sécurité. Par ailleurs, Orano Tricastin s’appuie sur une équipe dédiée de 140 collaborateurs employés à la sûreté, à la protection et aux interventions. Ils sont tous formés aux techniques de prévention et de lutte contre les risques incendies, chimiques, radiologiques… Plusieurs types d’exercices sont organisés chaque année afin de tester et d’éprouver la gestion du Plan d’Urgence Interne (PUI).  Certains PUI sont programmés avec l’appui essentiel des acteurs locaux : pompiers, gendarmerie nationale, préfecture…
L’établissement dispose également de conventions avec le Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Drôme et du Vaucluse (SDIS). Des exercices de sécurité sont réalisés plusieurs fois par an avec le concours des sapeurs-pompiers et de la gendarmerie nationale.

D’importants moyens matériels
Camions incendie, ambulances, véhicules spéciaux adaptés aux risques spécifiques du site et autres moyens liés à la protection physique.

Un nouveau bâtiment dédié à la gestion de crise

Opérationnel depuis septembre 2016, le bâtiment de gestion de crise (conforme aux exigences post-Fukushima) permet aux équipes de gérer une crise en totale autonomie, quelle que soit son ampleur ou sa gravité. Le local est notamment équipé d’une ventilation spécifique et de moyens autonomes d’alimentation électrique en cas de défaillance du réseau principal.

48h
c’est le temps d’autonomie du bâtiment de gestion de crise permettant aux équipes de gérer la crise
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies