Malvési

L’usine Orano Malvési dans l’Aude est en charge de la première phase de conversion consistant à purifier le minerai d’uranium naturel en provenance des mines en tétrafluorure d’uranium (UF4). Le degré de purification du procédé Orano à Malvési est tel qu’il permet de traiter tout type de minerai d’uranium, quel que soit son origine. La seconde étape, permettant d’achever sa transformation en hexafluorure d’uranium (UF6), est réalisée sur le site Orano Tricastin dans la Drôme.

Une empreinte environnementale réduite pour péréniser les activités

Une gestion responsable des passifs

Une réduction continue des rejets
Orano Malvési bénéficie de nouvelles installations plus performantes et plus économiques, conforment aux derniers standards environnementaux. La politique environnementale du site vise à maintenir aussi bas que possible les rejets liquides et atmosphériques. 16 collaborateurs dédiés à la surveillance de l’environnement procèdent à un contrôle permanent des activités et à leurs impacts sur le milieu naturel environnant.
Réduction des principaux rejets du site (sur 10 ans)
Réduction par 9 des rejets liquides en fluor.
Réduction par 24 des rejets liquides en nitrates.
Réduction par 5 des rejets gazeux  en ammoniac.
Réduction par 3 des rejets gazeux en COT et NOx.
Traitement des effluents liquides et des eaux de pluie
Tous les effluents liquides générés au cours du processus de conversion sont traités au sein des installations dédiées à la récupération de l’uranium. Ils sont ensuite transférés vers des bassins de décantation puis d’évaporation. Les eaux de pluie, également collectées, sont entreposées dans des bassins d’eaux pluviales, contrôlées, traitées (osmose et évaporation) avant rejet dans le canal de Tauran.

Limiter et contrôler les rejets atmosphériques
Pour limiter les rejets atmosphériques, les cheminées sont équipées de dispositifs d’épuration et de mesure. Les gaz sont nettoyés et épurés en traversant des colonnes de lavage, avant leur restitution dans l’environnement.

Des aménagements pour réduire les risques

Pour réduire son empreinte environnementale, Orano Malvesi a fait l’objet de près de 500 millions d’euros d’investissement en 10 ans, pour sécuriser et renforcer les structures de la zone de traitement par lagunage.

La sécurisation de la zone lagunaire
Débutés en 2004, les travaux d’aménagement des bassins de décantation se sont poursuivis jusqu’en 2013 avec la réalisation d’une paroi enterrée. Les nouvelles digues ont été dimensionnées de façon à résister aux catastrophes naturelles : séisme, inondation, conditions climatiques extrêmes, mais aussi à des événements technologiques comme une explosion.
La surveillance de la stabilité des digues
Les dispositifs de surveillance périodique sont composés de bornes topographiques, de piézomètres de mesure de la hauteur d’eau dans les digues et d’inclinomètres.
Pour réduire le risque de débordement des bassins en cas de fortes intempéries, le site peut être amener à suspendre sa production pendant des épisodes climatiques exceptionnels.

Avec TDN, un déchet qui répond aux exigences du centre de stockage final
Pour supprimer à terme les bassins d’évaporations et réduire le volume de ses déchets, Orano Malvesi a mis au point le procédé de Traitement des Nitrates (TDN) permettant de traiter les effluents liquides nitratés et obtenir un déchet compatible avec une filière de stockage autorisée. Cette solution, sans apport de produits chimiques additionnels, permet de réduire par 3 le volume de déchets et de détruire les nitrates présents dans les déchets finaux.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres des cookies sur votre ordinateur, lisez notre Politique Cookies dans nos mentions légales
J'accepte les cookies